Le Système des Nations Unies et la HAMA résolus à collaborer

Publié par admin le

Le Système des Nations Unies et la HAMA résolus à collaborer
La Coordinatrice résidente du Système des Nations Unies (SNU), Mme Violetta KAKYOMYA, et le Président de la Haute Autorité des Media et de l’Audiovisuel (HAMA), Dieudonné DJONABAYE, ont exprimé, vendredi, leur intention de collaborer sur des projets de formation et de renforcement des capacités des journalistes tchadiennes et tchadiens sur des thématiques telle que la couverture des élections.

Pendant plus d’une heure, la Coordinatrice du SNU et le Président de la HAMA, qu’elle a reçu dans ses bureaux, ont échangé sur le cadre juridique de l’exercice de la profession de journaliste et le perfectionnement des femmes et hommes des media. M. DJONABAYE a expliqué à son hôte l’environnement juridique et le bien-fondé de l’assainissement de la profession. « Cet assainissement n’est pas une action politique, ni de l’arbitraire. C’est un travail purement professionnel, fait avec méthode et pédagogie, pendant deux ans, qui a abouti à la suspension de douze titres qui ont refusé de répondre aux sollicitations de la HAMA », a-t-il déclaré. Parmi les douze titres, sept viennent d’être autorisées à paraître, après d’être conformés aux exigences de la législation en vigueur. D’autres journaux vont leur emboîter le pas la semaine prochaine, leurs dossiers sont en étude au niveau des services techniques du régulateur.
Ces informations ont été bien accueillies par Mme KAKYOMYA: « je me réjouis que les journaux qui ont été suspendus, vont commencer à paraître à nouveau ».
Le Président de la HAMA et la Coordinatrice du SNU se sont également appesantis sur le recyclage et le perfectionnement des journalistes.
Depuis trois ans, la HAMA s’attèle à marquer d’une pierre blanche sa participation dans la préparation des futures échéances électorales. La première mesure prise est d’autoriser tous les media, notamment toutes les radios, au-delà des restrictions inhérentes à leur statut (associatif, commercial, communautaire et confessionnel) et contenues dans leurs cahiers de charges, à couvrir la campagne pour la présidentielle d’avril 2021 et des législatives à venir.
Pour assurer une meilleure couverture des activités des prochaines échéances électorales, la HAMA une série de formations à l’intention des journalistes exerçant dans les media écrits, audiovisuels et électroniques. Ces formations, qui seront organisés dans les prochains mois, seront axées sur plusieurs thématiques: notamment la couverture médiatique des élections, le discours de haine dans les media, le cycle électoral et la protection du journaliste en période électorale.
Par ailleurs, M. DJONABAYE, depuis sa nomination à la tête de la HAMA, fait de ses priorités la formation continue des journalistes et la visibilité des femmes et leur représentativité dans les media tchadiens. Le niveau de formation des journalistes tchadiens reste souvent critiqué et les nombreux dérapages dans la pratique professionnelle sont souvent présentés comme la conséquence de l’absence d’une formation suffisante. Pour le Président de la HAMA, il est donc urgent aujourd’hui de former les journalistes tchadiens à acquérir de nouvelles compétences, à perfectionner leur pratique, à exercer de nouveaux métiers, notamment le journalisme numérique ou le « data journalisme » et à se spécialiser dans des domaines précis tel que les objectifs pour le développement durable. M. DJONABAYE travaille activement sur un grand projet dans ce cadre.
La Coordinatrice du SNU s’est dit favorable à ces projets et a promis d’étudier, dans le cadre du Groupe de communication des agences onusiennes, les possibilités d’appuyer la HAMA dans le perfectionnement des journalistes. Mme KAKYOMYA et M. DJONABAYE entendent multiplier les contacts.
Catégories : ACTUALITÉS

0 commentaire

Laisser un commentaire

Emplacement de l’avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 18 =