ACTIONS DE LA HAMA SUR LE PLAN NATIONAL

Au plan national, la HAMA a mené plusieurs actions dans le cadre de ses attributions. Ces actions vont de l’évaluation des capacités institutionnelles et organisationnelles de certains media, aux formations des responsables des rédactions et journalistes. En outre, elle a exceptionnellement accordé l’aide directe à la presse privée.

A) Formations

Dans son programme d’actions, la Haute Autorité des Media et de l’Audiovisuel fait de la formation des journalistes l’une de ses priorités. C’est ainsi qu’elle a organisé plusieurs sessions de formations sur différents thèmes, aussi bien à N’Djaména que dans les principales villes du pays.

Au-delà des présentations théoriques, ces formations ont mis en exergue l’expérience des participants à travers des échanges et débats forts enrichissants apportés par chacun des apprenants. Un recueil des attentes de tous les apprenants est enregistré au début de la formation afin de permettre aux encadreurs d’identifier les besoins spécifiques de tout un chacun. L’intervention des formateurs et les travaux pratiques leur ont permis d’apprécier de manière cri- tique, les expériences professionnelles des participants.

Formation sur l’écriture journalistique

En vue de renforcer leurs capacités, la HAMA a organisé quatre sessions de formation en écriture journalistique à l’attention des jeunes journalistes tchadiens. Ces sessions se sont déroulées respectivement à :

  • Mongo (du 27 au 29 février 2019) ;
  • Pala (du 19 au 21 mars 2019) ;
  • Doba (du 10 au 12 avril 2019) ;
  • Sarh (du 17 au 19 avril 2019).
    La méthodologie utilisée par la HAMA est une approche pédagogique spécifique alliant théorie (40%) et pratique (60%). La partie théorique a consisté à rappeler aux stagiaires les différents concepts en radio, ainsi que les genres rédactionnels usuels tels que l’interview, le reportage, le microprogramme, le slogan/le spot ; l’animation et l’usage du téléphone en radio. La phase
    pratique a mis les apprenants dans une situation d’exercice professionnel réel. Chacun a réalisé un reportage dans un délais court. Chaque exercice a fait l’objet d’une analyse/critique par les formateurs et apprenants.

Formation sur la viabilité économique et financière des entreprises de presse

La HAMA a constaté que les media tchadiens traversent des difficultés quant à leur gestion économique, commerciale et financière d’autant plus qu’ils ne disposent d’aucun outil approprié dans ces domaines. Par ailleurs, au-delà des problèmes posés par le contexte socio-économique non favorable à la croissance des organes de presse au Tchad, les résultats d’une étude commanditée par la HAMA a montré de sérieuses limites dans la gestion organisationnelle de ces organes de presse.

C’est ce qui a conduit la HAMA a organisé une série de formations sur la viabilité économique et financière des entreprises de presse au Tchad à N’Djaména (du 27 au 29 août 2019) ; Kélo (du 18 au 20 septembre 2019) et Abéché (du 14 au 16 octobre 2019) à l’attention des directeurs et responsables des services financiers et commerciaux des media.

L’objectif de ces formations était double : contribuer au bon développement économique des organes de presse et renforcer les capacités des patrons de presse sur les techniques de gestion des PME. Ainsi, il leur a été présenté des modules sur (i) l’élaboration d’un plan/cadre stratégique ; (ii) les techniques de management des équipes de travail et (iii) la gestion commerciale et financière d’une entreprise.

La formation était axée sur une pédagogie adaptée aux adultes. Au-delà des présentations théoriques, les interventions des participants, les échanges d’expériences, ainsi que les débats, ont permis aux participants de s’impliquer suffisamment dans l’action de formation.

Au cours de ces trois sessions, la Haute Autorité des Media et de l’Audiovisuel a permis aux patrons de presse de comprendre qu’un médium est d’abord et avant tout une PME qu’il faut sa- voir gérer.

Formation sur les Objectifs du Développement Durable (ODD)

Dans le cadre du partenariat avec le Groupe de communication du système des Nations Unies 

et la HAMA, un atelier de renforcement des capacités des journalistes sur les Objectifs du Développement Durable (ODD) a été organisé à N’Djaména du 23 au 24 juillet 2019. Plus spécifiquement, cet atelier a permis d’améliorer les connaissances des journalistes, candidats au prix « Gaba Salet pour la promotion de l’excellence en journalisme » en 2018. En outre, ils ont reçu les outils nécessaires pour mieux traiter ces sujets en lien avec le développement du capital humain, la gestion des crises et durabilité, la gouvernance, la protection, la paix et la sécurité.

Formation sur la Convention relative aux Droits de l’Enfant (CDE)

La HAMA et l’UNICEF ont élaboré et édité de manière participative une charte éthique et un guide pédagogique pour la protection des mineurs dans les media au Tchad. Ce sont deux documents pédagogiques d’éducation et de sensibilisation à l’attention des acteurs impliqués dans l’encadrement des enfants et des journalistes. Ils permettent également de trouver un équilibre entre la liberté d’information, d’expression et la protection des mineurs en veillant à ce qu’ils profitent des avantages offerts par les media sans en être des victimes.

Pour une meilleure appropriation de ces deux outils, des sessions de vulgarisation ont été organisées à N’Djaména (19 novembre 2019) et Abéché (du 17 au 18 octobre 2019) en faveur des responsables des media publics et privés.

Au cours de ces sessions, la problématique de la protection de l’enfant et le programme prioritaire de l’UNICEF pour le quinquennat 2017-2021 ont été présentés aux journalistes. En effet, l’institution onusienne accorde une attention particulière à six domaines qui intéressent le couple mère-enfant. Il s’agit du fort taux du taux de mariage des enfants, de la mortalité infantile avant cinq ans, de la non-déclaration des enfants à l’état-civil, de la faible accès à l’eau potable en milieux rural et urbain, de la mortalité maternelle pendant les accouchements, de la non-scolarisation des enfants et des filles en particulier.

Cependant au Tchad, l’accent est particulièrement mis sur quatre axes prioritaires, à savoir : la scolarisation ; la fin de la défécation à l’aire libre ; l’enregistrement des naissances et la vaccination.

Formation sur le monitoring en période électorale

Du 19 au 21 juin 2019, la HAMA a réuni à Moundou (chef-lieu de la province du Logone Occidental) 28 responsables de radios communautaires, associatives et publiques pour une formation en « Monitoring des media ».

Ces journées de formation ont été organisées en prélude aux futures élections législatives qui se pointent à l’horizon afin de permettre aux media d’en assurer une bonne couverture.

Le monitoring du pluralisme politique, l’un des thèmes abordés avec les participants, est une technique d’observation scientifique basée sur l’analyse du contenu des media. C’est un travail d’équipe. Pendant la période électorale, il faut disposer du programme électoral, des thèmes et de l’espace accordé aux différents partis politiques en lice. Il faut mettre en avant l’égalité, l’équité et l’équilibre entre les différents candidats. Cela, en tenant compte de la fiche d’analyse mise à leur disposition.

La fiche d’analyse contient plusieurs parties :

  • le nom de l’analyste ;
  • la date ;
  • le titre l’émission ;
  • le type d’émission ;
  • le début d’émission ;
  • la tranche horaire ;
  • le nom de l’acteur politique ;
  • le rôle de l’acteur ;
  • le temps d’antenne ;
  • le temps de parole ;
  • l’évaluation ;
  • le contexte et
  • le thème choisi par l’acteur politique.
    Tout responsable du media doit s’en tenir à son cahier des charges pour éviter tout dérapage.
    La rédaction du rapport qui s’en suit respecte une ligne directrice. Ce rapport exige la neutralité et l’impartialité en période électorale. Le journaliste ne doit pas, en effet, laisser transparaître son appartenance politique lorsqu’il mène le débat.

B) Activités des coordinations provinciales

Les Coordinations provinciales de la HAMA ont pour missions de :

  • veiller au respect des règles déontologiques et de la législation en matière d’information et de communication ;
  • réguler l’accès et l’exercice de la profession de journaliste ;
  • garantir le liberté de la presse et l’expression pluraliste des opinions dans le
    cadre
    du respect des valeurs culturelles nationales, de l’ordre public ;
  • réguler le rapport de communication entre pouvoirs public, les organes
    d’informations publics et le public.
  • La HAMA compte six coordinations provinciales, mais seules trois sont opérationnelles.
  • La coordination provinciale pour la ville de N’Djaména
    La Coordination pour la ville de N’Djaména a pour missions de :
  • étudier et donner des avis sur les dossiers techniques que le Bureau de la HAMA lui confie ;
    participer à l’élaboration des cadres réglementaires qui définissent les conditions
    d’obtention des autorisations d’exploitation, d’exercice et de contrôle des media audiovisuels au Tchad conformément aux articles 13 et 19 de la Loi N° 020/PR/2018
    du 10 janvier 2019 relative à la communication audiovisuelle au Tchad ;
  • assurer la gestion nationale des fréquences ;
  • instruire les dossiers de demande d’assignation des fréquences ou des autorisations de fonctionner aux media audiovisuels privés ;

  • actualiser le plan des fréquences et le cadre réglementaire pour la mise en œuvre
    de la télévision numérique au Tchad ;
  • mettre à jour les listes et les données relatives aux différents media audiovisuels au Tchad.

Dans le volet étude des dossiers techniques, la Coordination a suivi le projet de desserte par la télévision satellitaires de 200 villages tchadiens, don de la République Populaire de Chine à 10.000 villages africains.

Elle a ainsi participé, du 26 avril 2018 au 06 novembre 2019, à la mise en œuvre du projet de desserte des 200 villages tchadiens par la télévision par satellite. Au Tchad, ce projet est piloté par le Ministère en charge de la Communication et l’Ambassade de République Populaire de Chine. L’entreprise chinoise Startime a fourni des kits d’équipements techniques nécessaires aux installations sur les sites et à la HAMA.

Pour la matérialisation de ce projet, la HAMA a rédigé un cahier des charges et a délivré une autorisation à titre exceptionnel au Ministère de la Communication et son opérateur technique Startime pour la mise en œuvre du projet de desserte des 200 villages tchadiens par la télévision par satellite.

En collaboration avec le Département juridique, la coordination a élaboré les projets de nouveaux cahiers des charges conformes à la nouvelle loi sur la communication audiovisuelle au Tchad. Ces cahiers des charges ont pour objet de définir les conditions réglementaires pour l’obtention des autorisations d’exploitation, l’exercice et le contrôle des media audiovisuels (radios privées associatives, thématiques, commerciales, communautaires, confessionnelles) pour la commercialisation des services de communication audiovisuelle à accès conditionnel et l’exploitation des éditions des contenus.

En outre, après instruction des dossiers d’assignation des fréquences et certification des conformités des installations aux conditions techniques d’exploitation définies par les cahiers des charges, le coordonnateur a soumis à la signature du Président de la HAMA neuf (09) conventions de diffusion et deux (02) autorisations d’éditions des contenus, qui ont permis la mise en service des nouveaux médias audiovisuel. Il s’agit de : 03 radios associatives ; 01 radio thématique femme ; 05 radios internationales (Radio NDARASON Internationale qui sont des structures de communication et de sensibilisation de la Force Multinationale Mixte (FMM) en opération dans la zone du Lac Tchad dans le cadre de la lutte contre la secte Boko Haram) ; et 02 télévisions privées commerciales.

La Coordination provinciale pour le Mayo Kebbi Est et le Mayo Kebbi Ouest

Parmi les activités de la coordination pour le Mayo Kebbi Est et le Mayo Kebbi Ouest, l’on peut retenir la formation de huit (8) animateurs de la radio « La Voix de la Paix » de Kim (département de Mayo-Boneye) en techniques d’animation, reportage et traduction. La formation s’est déroulée en français et arabe du 15 au 16 décembre 2019.

En outre, la Coordination a eu une séance de travail avec les responsables de la radio Terre Nouvelle 2 de Pala au sujet de la panne de leur pylône.

La Coordination provinciale pour le Logone Occidental et la Logone oriental

Au cours de l’année 2019, la Coordination provinciale pour le Logone Occidental et la Logone oriental a effectué une tournée dans deux des quatre départements que compte la province du Logone occidental. Il a échangé avec les responsables de la radio Le Réveil (Bébalem), la radio communautaire de Bénoye, la station provinciale de l’ONAMA, FM Bonne Nouvelle et la radio Kar-uba à Moundou. Ces échanges ont permis de relever les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontées ces radios.

La Coordination a également co-présidé les cérémonies officielles de lancement des radios communautaires Shi-maji de Goré (Logone orientale) et Nada+ de Moundou (Logone occidental). Par ailleurs, il sied de noter que la coordination des deux Logone a eu à gérer trois conflits :

  • Le premier a opposé La Voix du Paysan au Gouverneur de la province du Logone Oriental qui a porté plainte pour diffamation suite à un conflit ;
  • Le deuxième a opposé le préfet de la Dodjé (Logone occidental) à la radio Bonne Nouvelle de Moundou qui a également porté plainte pour diffamation ;
  • La troisième et dernière plainte est celle d’un parti politique qui a attaqué la radio Nada + pour n’avoir pas diffusé son droit de réponse, suite à la diffusion d’un communiqué d’une autre formation qui le visait.

Tous ces conflits ont été réglés grâce au dialogue direct engagé par la Coordination provinciale qui invite les radios à faire preuve de professionnalisme dans le traitement de l’information.

La coordination provincial pour la Tandjilé et le Chari-Baguirmi

De nouvelles radios communautaires sont en gestation dans la province de la Tandjilé. Il s’agit des projets émanant des communautés de Guidari, Laï, Bagtchoro et Béré. En tant qu’outils de développement, ces radios permettront, sans aucun doute, aux populations de mieux s’impliquer dans le processus de développement local. 

De façon générale, la coordination pour les provinces de la Tandjilé et du Chari-Baguirmi suit de près les activités des radios relevant de sa zone de compétence. Elles éprouvent toutes les mêmes difficultés (humaines, financières et matérielles). En outre, suite à une large sensibilisation, il a été observé une nette amélioration dans les relations entre les autorités administratives et les responsables des radios.

C) Les plaintes

Au cours de l’année 2019, la HAMA a été saisie d’une demi-douzaine de plaintes. Toutes ces plaintes ont été traitées conformément à la Décision n°11/HCC/P/SG/2014 relative à la procédure de traitement des plaintes du Haut Conseil de la Communication, devenu Haute Autorité des Media et de l’Audiovisuel (HAMA). Les différentes étapes de la procédure et le principe du contradictoire ont été respectés.

Le Collège des Conseillers de la HAMA, après examen des différents dossiers, a décidé de prononcer :

  • une mise en demeure contre le journal Al-Anba ;
  • une suspension de parution pour trois mois contre le journal Le Potentiel (dans l’affaire contre M. Saleh Abakar Abdraman, PDG de Wadi Koundi) pour diffamation et violation des règles d’éthique et de déontologie de la profession du journaliste et ce, conformément à l’article 81 de la loi n°31/PR/2018 portant régime de la presse au Tchad et à l’article 10 de la loi n°32/PR/2018 portant attributions, organisation et fonctionnement de la HAMA.
  • Le 11 avril 2019, la HAMA, une mise en demeure contre les journaux « Salam Infos » et « Le Perroquet » pour une durée de sept (7) jours. Elle fait suite aux plaintes déposées par les Directeurs de Publication des journaux « Abba Garde » et « Le Perroquet » pour dénonciation calomnieuse par le journal Salam Infos dans sa parution du 15 au 25 mars 2019. Cette décision de la HAMA est intervenue après plusieurs tentatives de réconciliation entre ces différents organes.
  • Le 25 juillet 2019, une suspension de parution de trois (3) mois contre le journal « Le Perroquet », conformément à l’article 10 de la loi n°32. En effet, la HAMA s’est auto saisie d’une plainte contre le journal « Le Perroquet » pour des imputations et expressions outrageantes faites contre des individus nommés et identifiables dans plusieurs articles de son édition n°002 parus le même jour.
  • Le 02 octobre 2019, une suspension d’émission pour une durée de trois mois à l’encontre de la radio « Oxygène FM » pour violation des dispositions du Cahier des charges des radiodiffusions sonores privées commerciales. En effet, la radio Oxygène FM a déménagé de son site d’implantation initiale d’exploitation, sur un autre, sans en informer la HAMA, comme l’exige les clauses du cahier des charges des radiodiffusions privées commerciales.
  • Le 27 décembre 2019, une suspension de trois (3) mois à l’encontre des tri-mensuels « Abba Garde » et « Le Baromètre » pour manquements professionnels.

La HAMA a eu également à se pencher sur plusieurs plaintes introduites par des particuliers  diffamés par certains media ou s’est auto-saisie.

D) Mission d’évaluation des radios dans cinq (5) provinces

En vue de présenter aux promoteurs et responsables des radios de la zone méridionale les nouveaux textes de la HAMA (Lois N° 20, 31 et 32), une mission a été dépêchées dans les provinces du Logone Occidental (Moundou), Logone Oriental (Goré), Mandoul (Moissala), Moyen Chari (Sarh, Kyabé) et Mayo-Kebbi Est (Kim).

Outre l’objectif premier, la délégation de la HAMA a pu recueillir les attentes des patrons de presse et apprécier les installations techniques. Un accent particulier a été également mis sur le fonctionnement de ces stations (personnel, sources d’énergie, collaboration avec les autorités, associations et institutions des localités) et sur la préparation des futures élections.

A l’issue de cette visite, plusieurs problèmes et défis ont été relevés. Il s’agit de :

  • la question de la formation : pour la plupart des cas, le personnel de ces stations exercent dans un réel amateurisme. Ces radios communautaires, associatives ou confessionnelles, voire publiques manquent de journalistes et techniciens formés. Le besoin en formation s’impose comme un impératif ;
  • l’absence de ressources financières : véritable goulot d’étranglement pour toutes ces  radios qui éprouvent d’énormes difficultés pour se procurer du matériel de production et assurer le minimum à son personnel en termes de salaires et de consommables. En outre, ces radios n’arrivent pas, depuis un certain temps, à s’acquitter de la redevance annuelle que leur impose la loi, vu le niveau insignifiant des recettes qu’elles génèrent ;
  • les sources d’énergies : les coûts très onéreux des sources d’énergie ne permettent pas à ces radios de respecter les dix (10) heures d’émissions qui leur sont exigées par jour. L’option des énergies renouvelables seraient une porte de sortie pour elles.

Par ailleurs, suite à l’état d’urgence institué par décret N° 1162 du 19 août 2019 dans trois provinces du pays (Sila, Ouaddaï et Tibesti), la HAMA a dépêché à Abéché (chef-lieu de la province du Ouaddaï) une mission en vue de rappeler aux media la nécessité de traiter les informations avec rigueur et dans le respect de la loi pendant cette période spéciale.

A cette occasion, la délégation de la HAMA a eu des séances de travail avec les autorités administratives et militaires de la province du Ouaddaï, ainsi qu’avec les responsables de tous les organes de presse présents dans la localité.

E) L’aide à la presse

Conformément aux dispositions de l’ordonnance N°025/PR/2018 portant régime de la presse écrite et media électronique au Tchad, l’Etat apporte directement ou indirectement une aide aux organes d’informations écrits, en ligne ou audiovisuels qui contribuent à l’exercice du droit du public à l’information (article 63). Le fonds d’aide est alimenté par une subvention annuelle de l’Etat à la HAMA qui en assure la gestion (article 64). L’article 65 de la même ordonnance a énuméré 10 critères pour pouvoir bénéficier de l’aide à la presse :

  1. Que le directeur de publication ait la responsabilité de la gestion de l’information ;
  2. Pour la presse écrite, Il faut qu’au moins soixante- quinze pour cent (75%) de la surface rédactionnelle de l’organe de presse soit consacrée à l’information politique, sociale, économique, culturelle ou sportive ;
  3. Qu’au moins un tiers (1/3) des ressources proviennent de la vente, des abonnements ou des souscriptions publiques ;
  4. Avoir un siège permanent et fonctionnel ;
  5. Avoir un numéro d’identification fiscale (NIF) ;
  6. Etre à jour de ses obligations fiscales et administratives (impôts, cotisations sociales, redevances, charge patronale etc.) ;
  7.  Avoir une parution régulière et tirée au moins à 1000 exemplaires ; paraître au moins 4 fois par an pour les périodiques et tri mensuels, au moins 200 fois par an pour les quotidiens, au moins 40 fois par an pour les hebdomadaires, 20 fois pour les bimensuels et 10 fois pour les mensuels ;
  8.  Diffuser par jour un programme d’au moins 10 heures pour les organes audiovisuels ;
  9. Respecter le dépôt légal ;
  10. Respecter l’éthique et la déontologie.

Au 30 novembre 2019, une subvention totale de 174.000.000 de FCFA a été exceptionnellement accordée par le Président de la République. Elle a été consommée comme suit :

  • 61.000.000 de FCFA ont été affectés à à trente-neuf (39) organe de presse écrite et en ligne ;
  • 50.000.000 de FCFA ont été répartis entre quarante-neuf (49) radios et télévisions ;
  • 63.000.000 de FCFA ont servi à l’organisation de huit (08) sessions de formation continue des journalistes et patrons de presse axées sur trois (03) thèmes majeurs retenus après une étude menée par un cabinet spécialisé.

F) Collaboration avec les institutions nationales

Au plan national, la HAMA a effectué une visite de courtoisie au nouveau ministre de la Communication. Cette visite a eu pour but de renforcer la collaboration entre les deux institutions. Au cours des échanges, l’idée de création d’un centre de formation continue et de recyclage pour les professionnels de la communication a été retenue.

Le président de la HAMA a également reçu les responsables de quelques associations faîtières, notamment le bureau de l’Union des Journalistes Tchadiens (UJT) et le comité d’organisation du Congrès électif des membres de la Maison des Media du Tchad (MMT). Ces audiences ont porté essentiellement sur l’appui de la HAMA pour le bon fonctionnement de ces deux institutions.

G) Le prix d’excellence en journalisme

Chaque année, la HAMA organise le « Prix Gaba Salet pour la promotion de l’excellence en journalisme ». Ce concours vise à récompenser les meilleurs journalistes tchadiens dans 4 domaines : radio, télévision, presse écrite et media en ligne.

En accord avec le Groupe de communication des Nations Unies, l’édition 2019 a porté sur un thème en lien avec les Objectifs du développement durable. Au cours d’une cérémonie dénommée « Nuit de la presse tchadienne », six jeunes journalistes ont été récompensés. Il s’agit de :

  1. Mme Rayamta Neloum Cindy (journal La voix)
  2. Mme Aziza Bichara Doudoua (Radiodiffusion Nationale Tchadienne)
  3. M. Hassane Moussa Ali (journal Le Progrès)
  4. M. Moussa Guedimbaye (journal en ligne www.tchadinfos.com)
  5. M. Adoum Abdelkader Oudaah (Télévision Nationale)
  6. M. Louba-heindé Séraphin Adoumngar (Journal en ligne www.seraphinnews.com)
Catégories : ORGANISATION

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 17 =